L'olfactothérapie

L'olfactothérapie

C’est en 1992 que Gilles Fournil imagine cette nouvelle méthode de psychothérapie corporelle brève (P.C.B.) pour soigner ses patients et dépose la marque "Olfactothérapie". Cette méthode s’appuie sur l’odorat pour amener un consultant à trouver la source de ses souffrances. Elles sont nées dans le passé et oubliées au plus profond de lui. Cette PCB vas permettre de les surmonter et ensuite à les évacuer. Avec les odeurs, on accède directement à la « charge émotionnelle », à ce qui anime ou freine un individu.

Imaginons une charge émotionnelle occasionnée par une scène très violente vécue pendant l’enfance. Citons pour l’exemple la colère d’un parent, celle-ci va provoquer une peur chez l’enfant. Une fois adulte, il pourra avoir peur de la colère, ce qui l’amènera à éviter le conflit coute que coute. Cette émotion pourra amener le patient à être constamment en soumission sans pouvoir s’affirmer. Ce contexte pourrait alors mener à des pathologies plus ou moins grâce au départ mais s’aggravant souvent avec le temps. Depuis les travaux de Reich (1925), on sait maintenant que l’affirmation de son Soi Intérieur dans un collectif sain est une priorité pour être bien dans sa peau.

 

Comment ça marche :

Ce que l’on sent par l’odorat passe par les nerfs et informe le cerveau lymbique, le rhinencéphale. En conséquence, les odeurs vont directement au cerveau lymbique sans passer par le cerveau néocortex. De ce fait, le consultant analyse moins la situation. Il laisse venir ses ressentis et ses émotions en verbalisant de petites scènes sous le directif du thérapeute. Celle-ci vont alors émerger en dehors des repères habituels et permettront d’avoir une nouvelle vision de situations occultées par un ressenti déséquilibré.

C’est par un jeu construit autour d’une cinquantaine huiles essentielles a faire sentir aux patients, que s’opère une résonance entre les différents centres énergétiques ou plexus énergétiques de la médecine orientale qui permettent de diffuser l’énergie vitale dans le corps. Cette résonance ramènent à des questions essentielles et nous renseignent sur l’état physique et psychologique du patient.

olfactotherapie01 
olfactotherapie03   

La séance : sentir et se relaxer :

L’olfactothérapeute demande à son patient de classer les odeurs en 3 catégories : celles qu’il aime, celles qu’il n’aime pas et celles qui lui sont indifférentes. "Les odeurs aimées et non aimées impliquent une charge émotionnelle et indiquent que tel ou tel centre énergétique est déséquilibré", ajoute Gilles Fournil. La rose, liée au centre énergétique cardiaque, peut ainsi être désagréable pour celui qui a des problèmes avec l‘amour. "Avec ces odeurs, on va chercher un souvenir, en s’appuyant sur un contexte audiovisuel, tactile et olfactif qui entoure un événement".


Quelles idées de base :

L'olfactothérapie est la discipline qui cherche à rétablir l'équilibre psychique par le biais de l'information olfactive et vibratoire des H.E.. Ainsi le terrain d'action de cette disciplines est la dimension psychique de l'être humain. L'art de l'olfactothérapie consiste en l'harmonisation des "humeurs" du consultant en lui faisant sentir différents parfums naturels appartenant au règne végétal . Ce travail subtil de rééquilibrage de l'état d'âme, de la perception du monde, de l'esprit et des tendances comportementales chez l'individu peut être comparé à l'art d'accorder un instrument de musique : rien n'est ni enlevé ni ajouté à l'instrument et pourtant l'accordage s'entend aux sons produits par l'instrument...

"L'être humain est comme un instrument désaccordé, pour l'accorder, il est nécessaire de découvrir les notes de la pensée, des émotions, et enfin du corps » disait déjà il y a plus d’un siècle le Dr E. Bach.

 olfactotherapie04
olfactotherapie05   

D’autres méthodes :

Le monde médical commence à s’intéresser aux qualités de l’olfaction, notamment grâce aux travaux de Patricia Canac, parfumeuse-chimiste et professeur à l'Institut Supérieur de la Parfumerie de Versailles.

"Je me suis intéressée à l’aromathérapie et à l’Olfactothérapie pour réfléchir à un usage médical des odeurs. En tant que membre de l’association Cosmetic Executive Women, j’interviens en service neurologique de certains hôpitaux afin d’aider des patients à retrouver la mémoire après un accident ou un choc émotionnel, en stimulant leurs cerveaux par l’odorat."

Dans la formation qu’elle dispense, elle ne propose pas uniquement des huiles essentielles, elle confectionne des parfums aux odeurs en relation avec le patient. Pourtant, elle constate la même chose que Gilles Fournil : "le système olfactif est relié au cerveau lymbique, donc au siège de la mémoire et des émotions".


La phyto-énergétique : 

Plus en lien avec une science exacte Elskes Miles et Michel Odoul ont établi une cartographie précise des structures moléculaires et vibratoires propres à chaque huile essentielle. Ils ont imaginé des lien entre certaines huiles essentielles et la pratique de la médecine traditionnelle chinoise. Ils existe alors un pont entre l'Orient et l'Occident et ont pu envisager de se servir de l'action énergétique de ces substances naturelles et vibratoires : les huiles essentielles se transforment alors en "aiguilles d'acupuncture liquides", démontrant ainsi un potentiel de vie insoupçonné. En effet, la "fréquence" propre à certaines huiles essentielles est en résonance avec celle de chacun des méridiens d'acupuncture.

L' huile essentielle « à l'unisson du méridien » est alors à même de produire un résultat équivalent à celui des aiguilles. C'est par le biais d'applications sur des zones précises et avec des mélanges ciblés, que l'on peut rééquilibrer dans un premier temps le terrain et faire diminuer ou disparaître les symptômes.

Pour l’instant, aucun diplôme d’olfactothérapeute n’est reconnu et plusieurs méthodes de formation existent. Dès lors, comment choisir celui qui utilisera notre nez pour nous soigner ?

Pour Patricia Canac, il n’y a qu’une solution : "Il faut faire des essais. Toutes les méthodes de formation sont intéressantes, mais toutes ne conviennent pas à tous les individus".

Et Gilles Fournil d’ajouter : "plus que la méthode, c’est la qualité d’être du thérapeute qui prime".

Comme on le voit le chemin des odeurs n’est pas rempli que d’illusions ni d’un charlatanisme d’antan. Il est de plus en plus évident que notre odorat est un vecteur essentiel de notre bien-être. La science ne fait que commencer à emprunter ce chemin que l’histoire humaine à occulté patiemment sur des millions d’années. C’est pourquoi cette voie olfactive peut être une véritable et belle expérience pour des patients en recherche de repère salvateur. Si j’utilise de plus en plus régulièrement cette technique c’est en complément de pratiques naturopathiques traditionnelles. Elle répond particulièrement bien à ma clientèle qui cherche une voie nouvelle de réalisation de son Soi Intérieur.

olfactotherapie02